Ce site vit grâce à la publicité. Soyez sympas, désactivez provisoirement votre bloqueur de publicité le temps de votre visite. Merci à vous.

 
Retour au sommaire "Éclectique" Localisation Itinéraires Géologie Écologie Histoire Photographies
Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google Plus Partagez par email

 

Sources thermominérales du Plan de Phazy (887m)

Guillestre-Risoul

Hautes-Alpes

 

Latitude  44° 39' 30'' N
Longitude 6° 36' 14'' E
Altitude 887 m

 

Agrandir la carte IGN d’après le site GÉOPORTAIL https://www.geoportail.gouv.fr



  Itinéraires d'accès

ACCESSIBLE DIRECTEMENT EN VOITURE

      Les sources thermominérales du Plan de Phazy (887m) (la Rotonde et les Suisses) se situent dans le Guillestrois, dans la commune de Risoul (Hautes-Alpes) (carte n°1), au bord de la N 94, à 3 km en projection horizontale"Distance en projection sur une carte (plan)
=
Distance à vol d'oiseau."
à l'OUEST de Risoul Centre et à 3,640 km en projection horizontale"Distance en projection sur une carte (plan)
=
Distance à vol d'oiseau."
à l'OUEST-NORD-OUEST du centre ville de Guillestre Centre (Hautes-Alpes) (carte n°2).

      L'accès routier le plus simple emprunte la N 94. Le Plan de Phazy est pratiquement au bord de cette route.

      L'accès en voiture peut se faire depuis Guillestre (accès routier n°1), Briançon (accès routier n°2) ou Gap (accès routier n°3), par exemple.
 

 

  Contexte géologique des sources thermominérales du Plan de Phazy

      La localité du Plan de Phazy est connue pour être l'épicentre de nombreux séismes superficiels (moins de 15 km de profondeur) et de faible intensité. Ceux-ci sont dus à l’activité de la faille de la Durance, une grande faille normale tardive, c’est-à-dire postérieure au plissement alpin proprement dit. Celle-ci suit une direction NNO-SSE du plan de Phazy, à l’OUEST de Guillestre, jusque vers la Roche-de-Rame et l’Argentière-la-Bessée. C'est grâce à cette faille que les sources thermominérales du Plan de Phazy doivent leur existence. Ces eaux se trouvent alignées à celles de la la fontaine pétrifiante de Réotier, située 2 km au NORD en projection horizontale"Distance en projection sur une carte (plan)
=
Distance à vol d'oiseau."
sur le système des failles de Réotier - Plan de Phasy. Comment ça marche ?

      L'eau de ruissellement s’infiltre dans des roches perméables jusqu’à une profondeur suffisante pour la réchauffer (la température s'élève avec la profondeur en moyenne de 1°C tous les 30 m : c'est le gradient géothermique). En circulant dans la faille de la Durance, au sein de gypses"Du latin «gypsum», pierre à plâtre, gypse, le gypse est du sulfate de calcium cristallisé, qui s'est formé par "précipitation" dans des eaux marines très peu profondes et surchargées en sels, sortes de marais salants naturels.
Dans les Alpes françaises, le gypse s'est principalement déposé au Trias supérieur. Les gypses sont très solubles sous l'action des eaux météoriques : formation de cavités, d'entonnoirs de dissolution..."
et de cargneules, l'eau se minéralise et se charge en ions chlorure (Cl-), en ions sodium (Na+) et en dioxyde de carbone (CO2). Puis grâce à des fissures et au principe des vases communicants, l'eau remonte rapidement en surface, où elle perd son dioxyde de carbone (CO2) et dépose son chlorure de sodium (Na+Cl-). Ainsi les sources du Plan de Phazy tirent leur charge minérale des gypses et surtout des cargneules. (2)

      Lorsque l’eau s’évapore, elle laisse des incrustations blanches de fleurs de sel (efflorescences salines). Les couleurs rouge et ocre sont dues aux oxydes de fer qu'elle contient. À son émergence et au fil de son écoulement, l’eau minéralisée abandonne un dépôt carbonaté. Ces concrétions calcaires"Du latin «calcarius», calcaire, chaux, les calcaires sont des roches sédimentaires, tout comme les grès ou les gypses, facilement solubles dans l'eau, composées majoritairement de carbonate de calcium CaCO3." forment le canal d’écoulement des sources.

      Deux sources jaillissent ici :

• La source de la Rotonde
Située devant la Rotonde, l’eau émerge d’un rocher en marbre rose de Guillestre, qui a été érigée ici, à l’aplomb de l’endroit où la source a été retrouvée après le tremblement de terre de 1935. Puis l’eau s’écoule successivement en cascade dans quatre bassins de forme circulaire et s’achemine par le haut d’un mur de concrétions (dépôts calcaires accumulés par l’eau). Son débit est d’environ 8 m3/heure et sa température constante de 27°C.

• La source des Suisses
La source située plus au NORD, est canalisée et utilisée pour la climatisation des serres situées en contrebas. Son débit est d'environ 18 m³/heure. Sa température constante est de 26,5°C.

      Les différentes analyses chimiques réalisées confirment qu’il s’agit d’eau chlorée, sodique, sulfatée, calciques et magnésiennes. La composition ionique n’a pas varié depuis les premières analyses réalisées en 1853. Voici les valeurs mesurées par l'Institut Pasteur de Lyon en 1994 et comparées aux valeurs limites pour la consommation humaine :

Composition en mg/l Calcium (Ca2+) Magnésium (Mg2+) Sodium (Na+) Bicarbonates (HCO3-) Chlorures (Cl-) Sulfates (SO42-) Fer (Fe2+ et Fe3+)
Source La Rotonde 605 100 1 450 965 2 165 1 265 0,6
Source des Suisses 671 90 1 060 711 1 570 1 480 1,25
 
Composition en mg/l Magnésium (Mg2+) Sodium (Na+) Chlorures (Cl-) Sulfates (SO42-) Fer (Fe2+ et Fe3+)
Valeurs limites pour la consommation humaine en mg/l < 50 < 150 < 200 < 250 < 0.2


  N°1 d’après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°2 Jacques DEBELMAS, Arnaud PÊCHER et Jean-Claude BARFÉTY (2002)
"Découverte de la géologie du Parc National des Écrins"; Éditions du BRGM

  N°3 Marcel LEMOINE, Pierre TRICART (1988)
« Queyras: un océan il y a 150 millions d'années » ; Éditions du BRGM

  N°3' Pierre TRICART, Marcel LEMOINE (2013)
« À la découverte de la géologie des sentiers du Queyras » ; Éditions du BRGM

 

  Contexte écologique des sources thermominérales du Plan de Phazy

      À l'EST du département des Hautes-Alpes dans la région du Guillestrois, le site naturel qui héberge les sources thermominérales du Plan de Phazy (887 m), s'inscrit en rive gauche de la vallée de la Haute Durance, entre le massif des Écrins à l'OUEST et le massif du Queyras à l'EST. Il s'étale sur un substrat d'alluvions fluviatiles récentes. Situé dans la zone biogéographique intra-alpine dauphinoise et inclus dans l'étage de végétation montagnard, cet espace est soumis à un climat montagnard de type continental marqué. Bordé par la Durance et sa ripisylve"Du latin « ripa », rive et « silva » forêt,la ripisylve "forêt riveraine" désigne l'ensemble des formations boisées, buissonnantes et herbacées présentes sur les rives d'un cours d'eau." à l'OUEST et entouré de coteaux de pelouses d'affinités steppiques, il est caractérisé par la résurgence de plusieurs sources chaudes fortement minéralisées, qui s'écoulent dans des canaux naturels de tuf"Du latin tofus « pierre poreuse et friable », le tuf est une roche poreuse, légère, souvent friable, formée de dépôts dont l'origine est soit volcanique, soit calcaire." qui se sont peu à peu édifiés. Le débordement de l'un d'entre eux a permis la création d'un petit pré humide et salé qui abrite, au cœur des Alpes, une faune et une flore qu'on rencontre habituellement sur les rivages littoraux. Cet îlot écologique héberge ainsi des plantes halophiles (du grec halos, sel et philein, aimer), physiologiquement et anatomiquement adaptées pour vivre en milieu salé. Il s'agit là de l'un des rares prés salés continentaux français.

       Le site compte deux habitats déterminants en rapport avec la résurgence d'eaux minéralisées :
- un pré salé continental, l'une des très rares formations végétales de ce type en France intérieure, alors que ces milieux se rencontrent habituellement sur le littoral,
- des concrétions spectaculaires de tuf"Du latin tofus « pierre poreuse et friable », le tuf est une roche poreuse, légère, souvent friable, formée de dépôts dont l'origine est soit volcanique, soit calcaire.".

      Le site comprend trois espèces végétales déterminantes.
Une est protégée en région Provence-Alpes-Côte d'Azur :
-  l'Orchis des marais (Anacamptis palustris).
Deux espèces n'ont pas de statut de protection :
- le Silène de nuit (Silene noctiflora), plante messicole"Du latin « messio », moisson et « colo », soigner, messicole désigne une plante annuelle à germination préférentiellement automnale ou hivernale et habitant dans les moissons." devenue très rare,
- le Cotonéaster de l'Atlas (Cotoneaster atlanticus), qui affectionne les pentes arides.

      En outre, cet espace naturel comprend une espèce végétale remarquable protégée au niveau national :
- la Gagée des champs (Gagea villosa).

      Parmi les Insectes de cet espace naturel, se trouvent :
- l'Agrion bleuissant (Coenagrion caerulescens), Odonate méditerranéen déterminant, lié aux eaux courantes claires et ensoleillées, globalement rare, localisé et menacé en France,
- l'Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale), Odonate remarquable et protégé en France qui affectionne les écoulements modestes à eaux courantes claires et ensoleillées.

      Un Mollusque s'ajoute à la liste des espèces animales remarquables :
- le Vertigo étroit (Vertigo angustior), qu'on rencontre dans les zones humides, très localisé en PACA.

      La fréquentation touristique du Plan de Phasy est importante. Des projets d'aménagement pourraient compromettre le maintien des habitats et de la flore exceptionnels de ce site. Le piétinement et le comblement constituent des menaces permanentes sur le pré salé et les formations de tufs.

(En savoir plus)

      Inventaire de la faune et de la flore: INPN
 

  N°1 d’après le site INPN - Inventaire National du Patrimoine Naturel inpn.mnhn.fr, Copyright ©

 

  Contexte historique des sources thermominérales du Plan de Phazy

      La découverte et l’utilisation des deux sources du Plan de Phazy (la Rotonde et les Suisses) remontent à l’époque où les Romains reconnaissent l’action cicatrisante de ces « sources sacrés » et y baignent leurs blessés. Le plan de Phazy se trouve alors sur une via Domitia (voie romaine).

      Au Moyen Âge, trois hôpitaux sont construits à quelques kilomètres de là. Les malades fréquentent alors les sources.

      Au XVIIIème siècle, les stations thermales sont en vogue et le chirurgien major de l’hôpital de Mont-Dauphin attire l’attention des pouvoirs publics sur ces eaux qui triompheraient des affections les plus rebelles...

      C’est au XIXème siècle que parait la première publication relatant des vertus thérapeutiques des sources du plan de Phazy. En 1824, sous le règne de Charles X, un établissement thermal, dit « La Rotonde », est construit à l’émergence de la source. Dès cette époque, le site est largement fréquenté aussi bien par les curistes locaux que par les militaires des garnisons voisines (Mont-Dauphin, Briançon).

      En 1860, un arrêté du ministère de l’agriculture, du commerce et des travaux publics autorise l’exploitation pour l’usage médical des deux sources minérales de « La Rotonde » et « des Suisses ». Les soins sont donnés sous forme de bains dans la Rotonde et de boissons dans une buvette mitoyenne.

      Le 19 mars 1935, à la suite d’un tremblement de terre, la source de « La Rotonde » se tarit brusquement : seul un mince filet subsiste. Des travaux de captage permettent de la retrouver un peu plus profondément. Pourtant, à partir de cette date, les sources ne sont plus exploitées...

       En 1947, les indications thérapeutiques des eaux du Plan de Phazy sont décrites dans la thèse de médecine de Marcel Lesbros.
En traitement externe, les eaux seraient recommandées pour les arthroses, les affections rhumatismales, hépatiques, rénales et les dermatoses (eczéma, psoriasis).
En traitement interne, leurs pouvoirs laxatifs autoriseraient le traitement des troubles du métabolisme...

      En 1980, les communes de Risoul et de Guillestre, propriétaires indivises des eaux et de l’établissement, créent le Syndicat Intercommunal à Vocation Unique des eaux du Plan de Phazy, dans le but de restaurer la Rotonde, alors en ruine, d’entretenir et de valoriser le site.

      MISE EN GARDE
Les eaux minérales, non contrôlées régulièrement, présentent un risque bactériologique bien réel...
 

 

 

Photo n°201807063
Source thermominérale de plan de Phazy (887m) (Guillestre, Hautes-Alpes)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Source thermominérale de la Rotonde

Photo n°201807064
Source thermominérale de plan de Phazy (887m) (Guillestre, Hautes-Alpes)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Source thermominérale de la Rotonde

Photo n°201807062
Source thermominérale de plan de Phazy (887m) (Guillestre, Hautes-Alpes)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Bains où s'écoulent les eaux de la source thermominérale de la Rotonde

Photo n°201807061
Source thermominérale de plan de Phazy (887m) (Guillestre, Hautes-Alpes)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Bains où s'écoulent les eaux de la source thermominérale de la Rotonde

 

Haut de page Retour au sommaire "Éclectique" Retour au sommaire "Lacs de montagne"